La danse du soleil

 

 La danse du soleil

 

 

s4.jpg

 

La Danse du Soleil est une cérémonie très célèbres pratiquée (encore de nos jours) par les indiens des plaines, lors du solstice d'été. Elle symbolisait le renouveau éternel, et la continuité entre vie et mort, car tout n'est que transformation. La loge dans laquelle la danse devait être effectuée, était constituée d'un mat central (arbre choisi pour sa cime fourchue) en haut duquel était attaché la peau d'un bison sacrifié, et sa tête que l'on plaçait face au soleil levant. Le mat symbolise la connexion entre la terre et le ciel, le centre du monde. C'est l'arbre de vie. Tout autour du mat central, étaient plantés 28 piliers (autant que les côtes du bison), dont les cimes étaient reliées au mat central par de longues perches. La loge ainsi bâtie avait un diamètre d'une cinquantaine de mètres. La fourche de l'arbre central symbolisait le nid de l'aigle, oiseau sacré assimilé au Grand Mystère, qui facilite le contact avec les Esprit lors de la cérémonie. Le bison était également un animal sacré prédominant dans la cérémonie de la danse du soleil.

 

Voici un extrait résumant bien ses différents rôles selon les tribus :



"Suivant les tribus, le bison participait de différentes façons à la Danse du Soleil. Les Cheyennes avaient décrété que tous les objets sacrés introduits dans la Danse du Soleil étaient liés au bison. Les Sioux Lakota plaçaient un pénis séché de bison contre le mât-soleil pour décupler la virilité des danseurs. Le crâne de bison était utilisé comme une entité à part entière dans le déroulement de la danse. Les Cheyennes remplissaient les cavités des yeux et du nez d'un crâne de bison avec de l'herbe qui représente de la nourriture en abondance pour cet animal, et donc aussi pour les hommes. Les Sioux Dakota croyaient que les os se régénèrent en un nouveau bison parce que l'âme se trouve dans les os. Réduire une chose vivante à un état de squelette c'est lui permettre de rentrer à nouveau dans la vie, c'est une renaissance spirituelle. Pendant la Danse du Soleil le bison apparaissait souvent dans des visions; un danseur pouvait défier un bison en le chargeant mais le bison pouvait également assommer un danseur. Si un danseur perdait connaissance trop longtemps, cela signifiait qu'il avait eut trop peur d'affronter le bison. Chaque participant devait défier le bison, c'est lui qui décidait alors si cette personne valait la peine que ses prières soient écoutées. Si dans ce face à face spirituel, le danseur pouvait voir la foule tout autour à travers l'œil du bison, cela voulait dire que lui et le bison ne faisait plus qu'un. La Danse du Soleil c'est aussi résoudre un conflit interne: respecter le bison qui est un animal sage et puissant mais devoir le tuer pour survivre. L'adoration du bison permettait de le traiter avec respect, de lui redonner la vie que le chasseur devait prendre pour se nourrir. Les indiens pensaient aussi que le bison fait don de lui-même pour leur permettre de vivre, il est donc normal de lui donner quelque chose en retour, en signe de gratitude. Le sacrifice par le jeûne, la soif et l'auto-flagellation étaient autant de gestes de gratitude envers lui".

 

sioux-sun-dance.gif jkm0100.jpg

 

sundancepole.jpg

 

La Danse du Soleil



Pour les indiens, la plus grande offrande qu'un homme soit en mesure de faire au Grand Mystère n'est ni plus ni moins que son propre corps.

Durant quatre jours, les participants se pliaient à un jeûne complet, tout en dansant de lever du soleil jusqu'au coucher.

L'Homme Médecine posait sur chaque participant des sortes de broches (en transperçant la peau et en y insérant un os ou une baguette de bois) qui étaient reliées au mat central avec une lanière.

Le but était de danser jusqu'à ce que la peau cède et libère le danseur.
Pour cela il y avait les "suspensions" par les broches placées dans la poitrine, ou encore d'autres danseurs tiraient des crânes de bisons attachés aux lanières fixées dans leur dos...

Cette torture volontaire symbolisait le renouveau après la mort, la libération suite à la douleur...

Lorsque tous les danseurs étaient libérés, la danse prenait fin. Les danseurs en tiraient des visions, parfois même des prophéties (Je mettrai à la suite de ce post, le récit d'une vision de Sitting Bull suite à une danse du soleil)

Lorsque la tribu levait le camp, les objets sacrés étaient laissés au pied du mat et retournaient à la nature.

"Afin de déposséder les indiens de leurs traditions et de leurs coutumes, les autorités américaines se servir de l' aspect mutilant de cette pratique pour interdire la Danse du Soleil et autres rites tribaux en 1881. La pratique continua dans la clandestinité jus qu'en 1934, date à laquelle l'interdiction fut levée par le "Indian Reorganization Act".


Source des citations et extraits : http://www.artisanatindien.com/sundance.html

 

290435nf1.jpg

 

La Vision de Sitting Bull



Le chef Hunkpapa, Tatanka Yotanke (Sitting Bull), fût l'âme de la résistance Sioux, cheyenne, arapaho..., aux envahisseurs biblistes voleurs d'âmes et de terres. En juillet 1876, lors de la Danse du Soleil (Wi wanyang wacipi), il dansa dix-huit heures durant, se sacrifiant, jusqu'à épuisement, pour obtenir l'énergie et la vision des wakanpi, afin de guider son peuple. Il finit par s'évanouir. Son 'mihunka" (frère juré), Taureau qui saute (d'origine Assiniboine, mais devenu Lakota par adoption), lui jeta de l'eau glacée au visage. Sitting bull revint à lui, et parla de sa vision.

Un jour, Sitting Bull dénoua les tresses de ses cheveux, enleva ses plumes et ses peintures rouges qui ornaient son visage, et emplit une longue pipe avec du cansha sha. Puis il mit des brins de sauge argentée (pejihota) dans le fourneau de sa pipe. Il emmena avec lui trois de ses proches -son neveu Bison Blanc (Tatanka Shka), son frère d'adoption, son hunka, et le fils de l'un de ses plus proches amis, Lune-Noire (Hanwi Sapa) et ils allèrent au sommet d'une butte. Ils arrivèrent quand le soleil est au zénith.

Là, devant les témoins, Tatanka Yotanke renouvela ses voeux. Il fit face au soleil, tendant sa pipe vers le ciel, et implora merci. «Tunkashila, Nagi Wakan, Wakan Tanka (littéralement : "Grand Père, Esprit sacré, Grand Mystère") aidez-moi, et donnez-moi mon gibier. Menez-le près de moi, pour que mon peuple ait à manger à sa faim cet hiver. Faites que sur cette terre les hommes aient plus de pouvoir, de façon que toutes les nations soient fortes et heureuses. Qu'ils aient le coeur bon, pour que tous les Lakotas puissent continuer leur voie avec bonheur. Si tu fais cela pour moi, je ferai une Danse du Soleil durant deux jours, deux nuits, et je te donnerai un bison entier».

Les quatre sioux fumèrent la pipe, et après que Sitting bull eut essuyé son visage avec de la sauge, ils revinrent au camp.

Sitting Bull alla chasser et tua trois bisons. Il choisit le plus gros, et l'offrit à Wakan Tanka : «Wakan Tanka, celui que je t'ai offert tout à l'heure est ici».

Quelques jours après, eut lieu la Danse du Soleil (Wi wanyang wwacipi), pendant le Grand Camp d'Eté, où les derniers clans d'Indiens libres se rassemblèrent. Les préparatifs furent faits, l'arbre, le waga can (sorte de peuplier) fut "chassé" (c'est à dire que lorsque les hommes choisis par le chaman pour aller chercher l'arbre destiné à constituer le mât central le trouvaient il l'attaquait pour le tuer, avant de le couper), coupé, et apporté de façon cérémonielle, pour qu'il forme le mât de la Danse du Soleil.

Avec les autres danseurs, Sitting Bull, torse nu, alla vers l'arbre axial, et offrit sa chair et son sang à Wakan Tanka, le Grand Mystère, pour qu'il fasse bénéficier son peuple du Grand Pouvoir.

Son hunka, Taureau qui saute, vint à ses côtés, tenant un poinçon d'acier très aigü, et un couteau à la lame étroite et pointue. Il coupa des morceaux de chair, tandis que Sitting Bull implorait le Grand Pouvoir. Deux jours et deux nuits, Sitting Bull dansa. Il s'évanouit. Il avait eu une vision : son offrande avait été acceptée.

Lune Noire cria aux danseurs : «Sitting Bull veut annoncer qu'il a entendu une voix d'en ahut qui disait : "Je vous les donne parce qu'il n'ont pas d'oreilles". Il a regardé en haut et il a vu des soldats et quelques Indiens à cheval descendre comme des sauterelles, la tête en bas et les drapeaux tombants. Ils venaient à droite de notre camp».

Alors le peuple se réjouit. Sitting Bull dit : «Ces soldats morts qui viennent sont des cadeaux du pouvoir. Tuez-les, mais ne prenez pas leurs fusils ni leurs chevaux. Ne les dépouillez pas. Si vous fixez vos coeurs sur les biens des Blancs, cette nation sera envahie».

 

Note


Le camp était établi dans la vallée du Bouton de Rose. Peu après eut lieu la bataille du Bouton de Rose contre les soldats et les éclaireurs de Crook, dont l'issue fût incertaine. Et un peu plus tard, cette vision fût réalisée quand custer et Reno allèrent donner dans le grand camp qui s'était installé à Greasy Grass, près de Little Big Horn. Ainsi la victoire éclatante des Indiens libres contre les immigrés totalitaires Yankees fut "prédite" et dite par les "Wakinyanpi", car Wakinyan, le terrible dieu ailé de l'Ouest (oiseau Tonnerre), est aussi le dieu des prédictions.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. Domiique Cote 20/10/2015

Excellent

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site