La malédiction du carcajou

De mémoire d'aînés, jamais les familles n'avaient connu un hiver aussi difficile. Les tempêtes succédaient aux tempêtes et les grands froids ne relâchaient jamais.

De jour en jour, les provisions, accumulées pour survivre jusqu'au printemps, diminuaient à vue d'oeil.

C'est pourquoi, un bon matin, malgré la poudrerie qui hurlait dans les grandes épinettes noires, INNU décida de quitter sa famille et d'aller à la chasse.

Au sein de son clan, INNU était reconnu comme un chasseur valeureux et d'une très grande habileté.

Après plusieurs jours de marche en raquette, dans la neige épaisse, le froid et la tempête, INNU n’avaient vu aucun animal avec lequel il aurait pu nourrir sa femme, ses enfants et leur famille.

L'homme était découragé et il se résigna alors à retourner chez lui. Rebroussant chemin, sur ses traces, il entendit hurler des loups tout près de lui.

Retenant son souffle, glacé par le froid et la peur, INNU se demanda pourquoi les loups ne le dévoraient pas.

À travers les flocons de neige qui tournoyaient, INNU vit la meute de loups qui faisait un cercle autour de lui. Lentement, le chef de la meute s'approcha et lui adressa la parole.

Fixant l'homme dans les yeux, il lui dit :

«INNU, je t'offre de chasser avec nous et de partager toutes les captures que nous ferons ensemble. Mais tu devras obligatoirement respecter ta parole, sans quoi nous te lancerons un sort».

Après un court instant de réflexion, pendant lequel il pensa très fort à sa famille, INNU conclut l'entente avec les loups. Le chasseur était satisfait, mais il ne pouvait s'empêcher de se méfier.

Le lendemain, profitant d'une accalmie, INNU et les loups firent une chasse très fructueuse. À la tombée du jour, ils décidèrent, d'un commun accord, de bivouaquer pour la nuit.

Mais, l'oreille aux aguets, INNU mijotait d'autres projets dans sa tête.

Attendant que les loups se soient tous endormis, il profita de la noirceur de la nuit pour s'enfuir avec les fruits de leur chasse.

Mais les loups veillaient aussi sur cette viande qui allait assurer leur survie.

INNU n'avait pas respecté l'entente et les loups, tel que convenu, lui lancèrent une malédiction. Le chasseur fut aussitôt changé en carcajou.

Il eut beau retourné à sa famille mais personne ne le reconnut puisqu'il était désormais un carcajou. Il fut donc obligé de s'exiler et de vivre, en solitaire, dans la profondeur des bois.

C'est pourquoi le carcajou, parce qu'il a perdu sa famille à jamais, est le plus féroce de nos mammifères terrestres.

1 vote. Moyenne 3.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site