Guerre de Dunmore

Guerre de Dunmore

 

 
Traité de Fort Stanwix (5 novembre 1768)


Le traité signé entre Johnson et les Iroquois délimite les nouvelles frontières entre les colonies britanniques et ces derniers. Les Iroquois ont cependant cédé le Kentucky alors que ceux qui l'occupent (Shawnees, Delawares, Cherokees) n'ont pas participé aux négociations. Au lieu de sécuriser la frontière, le traité ne fait que marquer le prélude des futures insurrections indiennes. Immédiatement les Shawnees organisent une confédération anti-britannique et anti-iroquoise. De leurs côtés les Britanniques et les Iroquois travaillent diplomatiquement à isoler les Shawnees. Lorsque la guerre éclate en 1774 ces derniers n'ont que peu d'alliés de leur côté.

Peu à peu les colons poussent vers le sud ouest de la vallée de l'Ohio (Kentucky et Virginie occidentale actuels). Les tensions entre ces derniers et les Shawnees ne cessent de croître, la violence répond à la violence.


 
Attaque indienne sur un convoi de colon (9 octobre)

 

En septembre 1773, un obscur chasseur du nom de Daniel Boone mène un groupe d'une cinquantaine d'émigrants pour tenter d'établir une colonie dans le Kentucky. Le 9 octobre, le plus âgé des fils de Boone, James, et quelques hommes quittent le convoi pour chercher du ravitaillement. En route ils sont attaqué par une bande composée de Shawnees, Delawares et Cherokees. James et un autre homme sont capturés et torturés à mort. La brutalité de ces meurtres provoque une violente onde de choc le long de la frontière et le convoi renonce à s'installer.

 


Le massacre de Yellow Creek

 

Au printemps 1774 Michael Cresap, Ebenezer Zane et George Rogers Clark mènent un groupe destiné à installer des colonies dans le Kentucky. Clark entend parler d'exactions indiennes dans la région et décide d'attaquer le camp de Horsehead Bottom, près de la rivière Sciotto. Personne n'ayant de réelles compétences militaires il est finalement décidé que c'est Cresap qui dirigera l'attaque. Ne voulant pas être à l'origine d'une guerre, celui-ci parvient à convaincre ses camarades de se diriger vers Whelling et d'attendre de voir comment évolue la situation. A leur arrivée les colons découvrent un état de panique extrême, chacun étant persuadé d'une guerre imminente. De nombreux hommes se portent volontaires pour se battre. Peu de temps après, un message du capitaine Connoly, stationné à Fort Pitt, lui fait savoir que les Indiens ont l'intention d'attaquer. Un conseil est tenu le 26 avril, à l'issue duquel la guerre est déclarée. Le lendemain des Indiens en canoë sont repérés à Pipe Creek et poursuivis sur 25km. Les 2 camps subissent quelques blessés dans leurs rangs. Dans l'attente des représailles Cresap et ses hommes se dirigent vers Redstone Old Fort (actuelle Brownsville, Pennsylvanie).

Peu de temps après l'incident de Pipe Creek plusieurs des membres de la famille du chef MingoLogan (dont son frère) sont traîtreusement assassinés après s'être enivrés à la Baker's Tavern de Yellow Creek (près de l'actuelle Wellsville, Ohio). Les cadavres sont scalpés, ce qui signifie la guerre. Logan, jusque-là paisible, réagit violemment à cette nouvelle. Il est en outre persuadé que Cresap est le coupable (en fait il s'agissait d'un autre colon, Daniel Greathouse). Sa vengeance est terrible et il ravage tous les campements situés à l'ouest de la Monongahela tuant au moins une trentaine d'hommes, femmes et enfants.

 

 La guerre de Dunmore

 

Début mai le gouverneur de Virginie, John Murray, 4e Comte de Dunmore, est mis au courant de la dégradation de la situation dans la vallée de l'Ohio. Il rassemble immédiatement des milices qu'il divise en 2 groupes : L'un descendra le long de l'Ohio à partir de Fort Pitt sous son commandement, l'autre partira de Camp Union (actuelle Lewisburg, Virginie Occidentale) sous les ordres du colonel Andrew Lewis et rejoindra le 1er groupe à l'embouchure de la Great Kanawha. Le 6 octobre arrive au lieu de rendez-vous mais n'y trouve pas Dunmore. Celui-ci lui fait savoir par messager qu'il a décidé de se rendre directement vers les villages Shawnees de la rivière Scioto et lui ordonne de traverser l'Ohio pour venir le rejoindre.

Le 10 octobre, avant qu'il n'ait entamé la traversée du fleuve, les 1100 hommes de Lewis sont attaqués par les hommes du chef Cornstalk. La bataille de Point Pleasant vient de débuter. Bien que très largement inférieurs en nombre (entre 300 et 500 hommes) les Shawnees se révèlent extrêmement agressifs. La bataille dure la journée et les hommes en viennent à se battre au corps à corps. Lewis parvient à détacher plusieurs compagnies pour leur faire remonter la Kanawha et prendre les Indiens à revers, réduisant ainsi la pression sur sa ligne de front. Le soir venu les Indiens se retirent, les Virginiens ont gagné mais au prix 75 tués et 150 blessés. Les Shawnees auraient perdu autour d'une quarantaine de tués.

Les 2 colonnes reprennent leur route et finissent par se rejoindre à une quinzaine de km du village Shawnee situé près de la Scioto où ils érigent rapidement le Camp Charlotte, à Sippo Creek. Ils y rencontrent Cornstalk pour négocier la paix. Bien que prétendant accepter le cessez-le-feu, Logan ne participe à aucune des discussions. Pendant celles-ci des miliciens de Virginie détruisent plusieurs villages Shwanees. Ces derniers finissent par accepter les termes du traité (qui leur font abandonner le Kentucky à la Virginie) mais pas les Mingos. Le major William Crawford est alors envoyé avec 240 hommes contre le village de Seekunk qu'il rase. Logan finit par accepter la paix.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×