Poème Lakota contemporain : Quinze Chevaux

 Quinze chevaux ont été montés ce jour
 À travers l'herbe dansante de la grande prairie ouverte
 Chaque crinière de cheval était tachetée d'argent
 Par les doux rayons d'or de Grand-Mère Soleil
 Les guerriers courageux ont gardé leur pas
 Pas sûrs du destin auquel ils auraient à faire face
 Les sabots des courageux chevaux de guerre ont tonné
 Jusqu’au village de l'ennemi et au-delà
 La veille ils avaient dansé et prié,
 Chanté leurs chants de mort avant l'incursion
 Les guerriers se sont peint le visage, et décoré les poneys de peinture,
 Ornées leurs crinières et leurs queues avec des plumes d’aigle.
 Les femmes ont dit leurs adieux,
 En priant le Grand Esprit de les guider vers le retour
 Les cris, les pleurs, et les hululements sont venus à la lumière du matin
 Quand les guerriers ont fait cercle et sont partis au combat.
 Sans jamais savoir lesquels de leurs hommes pourraient tomber,
 Prenant ce voyage fatidique au monde des esprits
 Sachant que leur sol sacré et leur terre de chasse
 Doivent être protégés, la survie, les esprits ont appelé.
 Les guerriers étaient peints, chacun en fonction de son rang
 Boucliers, lances, flèches, et arcs
 Les sachets de médecine noués autour de leurs cous, prêts
 À défendre et chérir le don de la Mère Terre
 Le moment était venu, la tribu envahissante proche
 Les sabots ont tonné sur la crête des falaises
 L'ennemi en bas a couru vers ses armes et montures.
 Les flèches étaient fichées, tout était prêt
 Pour que la bataille commence au signal du lever d’une hampe
 Les flèches ont volé, des clubs de guerre ont été soulevés, des boucliers,
 Des lances – tout a bien fait son travail contre les foules ennemies,
 Pendant que les plumes et les perles des insignes de guerre brillaient.
 La poussière a volé, la terre trempée de rouge.
 Les guerriers s’aplatissant sur leurs chevaux courageux
 Employant des boucliers tout en tirant des volées de flèches
 Par-dessous des cous de leurs montures guerrières.
 Les chevaux courageux de guerre galopaient avec un bruit de tonnerre
 Chacun s’acquittant de leur devoir et contrat
 Les cris de guerre des guerriers retentissaient, forts et hauts
 Des chants de mort étaient entendus tant que certaines sont montées
 Le créateur a regardé vers en bas ce jour-là
 Les esprits se sont réunis, décidant qui vivrait
 Et qui mourrait, qui gagnerait, qui perdrait
 Pendant que la tradition a étendu une main sur cette terre.
 La bataille s'est poursuivie dans le milieu de l'après-midi
 Pas de morts ce jour, mais beaucoup de blessés
 L'ennemi a battu en retraite, portant ses morts
 Ils avaient gagné ce jour, du moins pour l'instant
 Leurs terres sacrées étaient sauvegardées,
 et les terrains de chasse protégés
 Sanglants, poussiéreux, las, et stupéfaits
 Le cheval de guerre courageux les a ramenés à la maison.
 Cette nuit au village, le feu brûla clair
 Un coureur est venu apportant les nouvelles
 Toutes les femmes ont couru, pour retrouver leur homme,
 Et pour voir s'il allait rentrer,
 Ou si les esprits l'avaient emporté aux loges plumées là-haut
 Les femmes ont ululé haut et longtemps
 En courant vers leurs hommes les voyant de retour
 Des sourires et du soulagement, elles se sont occupées des faibles.
 Chaque guerrier est revenu cette nuit,
 La journée s’est racontée autour de la lumière du feu
 Un grand festin a été préparé, les blessés soignés
 Pour l'instant ils étaient sains et saufs
 Mais savaient toujours qu'un autre ennemi viendrait
 Une autre bataille, un autre jour
 Hoka Hey!!
 C'est un beau jour pour mourir !

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×